Partir vivre en Amazonie: qu’est-ce que j’emporte avec moi?

Voilà, nous y sommes presque. Dans un mois, nous serons dans l’avion pour une nouvelle page qui s’ouvrira en Amérique du Sud, à près de 8000 kilomètres. Au-delà du simple fait de partir, de sortir de ma zone de confort, je trouve très excitant que cette aventure m’ait conduite à avoir une vraie réflexion sur ce que je possède. En six mois, j’ai fait beaucoup, beaucoup de tri. Je me suis séparée de mes meubles, d’un grand nombre de mes affaires, puisque je n’emporte avec moi que deux valises et un sac à dos. Je vous propose dans cet article de vous dévoiler mon organisation!

Petite aparté avant de commencer: comme vous allez le constater, je me suis séparée de certains objets pour en acheter de nouveaux. Là aussi, cela amène à réfléchir… J’ai passé de nombreuses années à trop consommer, et à mal consommer – manque d’éthique, de durabilité, de praticité. J’ai essayé de faire mieux, même si le résultat est encore loin d’être parfait! Mais les plus grands changements ne se font pas du jour au lendemain, ils prennent du temps…

Les contenants

Alors, il va falloir la jouer serré. J’ai droit à deux bagages en soute, j’y mettrai mon sac à dos de baroudeuse et une très grosse valise. Pour les bagages cabine, j’ai une petite valise, et un sac où je mets mes papiers d’identité, livres, carnets, stylo, un foulard si la climatisation est trop forte dans l’avion, et une trousse avec quelques produits de beauté en format voyage. Si vous êtes en sandales, un conseil, prenez des chaussettes!

La grande valise correspond aux dimensions maximales autorisées par Air France, elle fait 106 litres. J’ai acheté la mienne pendant les soldes sur le site de rayon d’or, mais ils sont en rupture de stock. J’y range tout ce que je n’utiliserai pas jusqu’à mon arrivée en Guyane. Une fois qu’elle est fermée, je n’y touche plus! Si vous voulez tout savoir, je viens de sceller la fermeture, et elle est vraiment très lourde. Trop. Si elle n’explose pas, cela en dira long sur la qualité!

=> Pour info, avec Air France, j’ai droit à 23 kg par bagage en soute et chaque bagage ne doit pas dépasser 158 cm (hauteur + longueur + largeur). J’espère qu’ils font une moyenne des deux, parce que sinon l’arrivée à l’aéroport va être fun – je me vois déjà en train de transférer mes affaires d’un bagage à l’autre!

Mais l’achat le plus important pour moi est inévitablement mon sac à dos. J’ai l’intention de beaucoup voyager et de partir explorer les environs! J’avais envie d’un sac solide, pratique et recommandé par un backpackeur aguerri. J’ai donc choisi sans trop d’hésitation celui présenté par Alex Vizeo dans cette vidéo:

J’ai l’habitude de voyager léger, donc là, j’ai l’impression d’être très chargée! Mais il faut que je me fasse une raison, je ne pars pas en voyage, mais bel et bien vivre et travailler sur un autre continent!

Ce que je garde…

Le climat est humide et chaud, et même si je ne sais pas encore vraiment à quoi m’attendre je prends avec moi mes vêtements d’été et un ou deux pulls (pour les soirées, les endroits climatisés…). Je pense qu’il n’est pas très intéressant et très utile que je vous fasse un inventaire complet, vous vous doutez bien que j’ai pris des sous-vêtements et une brosse à dents!

Par contre, le plus difficile a été de choisir les objets auxquels je tenais émotionnellement. Pour que je puisse retrouver dans ma nouvelle maison des repères familiers… Je n’ai pas pu me séparer de mes guides de voyage et de certains livres. Et pourtant, ils pèsent une tonne. J’ai aussi gardé des cadres trouvés dans une brocante à Budapest avec ma meilleure amie. Des photos. Une théière en fonte. Une petite boîte à bijoux chinée en Inde. Des photos, des cristaux, un bâton de sauge. Un socle pour les bâtonnets d’encens confectionné par ma voisine qui avait un atelier de poterie. Une tasse offerte par ma mère. Des objets qui ont du sens. Chacun d’entre eux me renvoie à un souvenir, me procure joie ou apaisement. Ainsi, j’ai pu déterminer leur utilité.

D’après Marie Kondo, c’est une bonne méthode.

Dans mes bagages, j’ai aussi pris ma nouvelle liseuse, que j’ai reçu en cadeau de départ de la part de mes supers collègues de travail – si vous passez par là, merci encore, j’ai commencé à me faire une petite sélection de livres numériques!

Et puis, j’emporte aussi tous les indispensables de mes voyages en sac à dos, j’avais d’ailleurs fait un article à ce sujet!

Mes petites trouvailles…

Ces dernières semaines, Vinted et moi, nous avons été très proches! Je ne suis pas parvenue à y trouver des bagages de seconde main qui me convenaient, mais par contre, je n’ai pas mis un pied chez Zara ou HetM! Depuis que j’ai vu The True Cost, je vous jure, je ne peux plus… Alors mes achats sont loin d’être parfaits, mais le changement est quand même très significatif! Grâce à l’application j’ai récupéré un short en jean Levis, un épilateur électrique neuf, une robe, un débardeur, un pyjama Princesse Tam-Tam, des Converses noires.

Et puis, je ne pouvais pas partir en Guyane sans bottes de pluie. J’ai pris celles-ci pendant les soldes, et je les adore! Elles viennent de la marque Aigle qui fait un effort de transparence en présentant une charte environnementale sur son site internet.

Dans la catégorie achat, et toujours pendant les soldes, j’ai acheté un nouvel imperméable. De bien meilleure qualité que le précédant, que j’avais trouvé chez décathlon pour environ 10 euros, mais la marque n’est pas clean au niveau des conditions de fabrication et je ne vais donc pas en faire la publicité…

En terme de trousse à pharmacie, j’ai ajouté à ma collection deux nouvelles huiles essentielles: la citronnelle pour éloigner les moustiques et le basilic tropical pour soigner les troubles intestinaux!

Enfin, j’ai dévalisé Mademoiselle Bio avant de partir et j’ai tellement refait mon stock que j’ai eu plein de produits offerts! Dans les commentaires, n’hésitez pas à me dire si vous voulez que je détaille les produits bio que j’utilise au quotidien dans un autre article, je le ferai avec grand plaisir!

Est-ce que j’ai pensé à tout?

Bien-sûr… Que non! Je sais que vais devoir improviser. M’adapter. Apprendre. Comment penser une seule seconde que j’aurai dans mes bagages tout ce dont j’ai besoin pour une vie que je ne connais pas encore et pour laquelle je ne suis pas prête? Mais cela fait partie des charmes de l’aventure, celle qui te donne le vertige devant l’inconnu!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :