Un week-end en Bretagne, entre Saint-Malo et Cancale

Lundi 6 mai. Je rentre tout juste d’un week-end prolongé en Bretagne. La valise déposée dans l’entrée, je prépare un thé salvateur après deux heures de train, un métro bondé, et je laisse infuser mes pensées. Comme ces quelques jours ont été doux, comme le retour à Paris est de plus en plus violent! Peut-être qu’un jour, cette ville que j’ai tant aimé saura regagner mon coeur, mais à la veille de ma trente deuxième année, l’appel du large se fait de plus en plus indispensable à mon bien-être. Dans cet article, je te propose de découvrir deux de mes endroits favoris, en espérant que la magie opère pour toi aussi…

L’authenticité du port de Cancale

Pour l’amoureuse des produits de la mer que je suis, Cancale est un petit paradis. Les huîtres s’achètent à des prix à faire pâlir les citadins, le vin blanc se commande au détour d’une camionnette garée sur l’asphalte, et assis sur un muret, on mange, on boit, nos éclats de rire concurrencés par les cris des mouettes et la houle des vagues. On accepte de bonne grâce les boutades de l’ostréiculteur, qui s’étonne « Vous venez de Paris et vous dites bonjour? Mais vous n’êtes pas vraiment parisienne, ma p’tite dame! » et avec le sourire, on récupère notre précieux sésame, un beau plateau dégustation d’une douzaine de fruits de mer. Après un copieux repas, on se dirige vers un point de vue sur les hauteurs, où l’océan s’étend à perte de vue, dans des nuances de bleu infinies.

2 – Saint-Malo, remparts de bois et de pierre

Je mets ensuite le cap vers Saint-Malo, ravie par la beauté du panorama, et immédiatement, je suis saisie par le parfum iodé qui flotte dans l’air. Incroyable comme les embruns ne sont pas les mêmes qu’en méditerranée! Peut-être dû au phénomène des marées, l’iode est partout, omniprésente, enivrante. Je trempe les pieds dans l’eau, m’aventure jusqu’aux genoux, et, après une longue balade sur le sable, je m’offre une marinière dans une boutique locale et mange mon premier kouign amman, un gâteau traditionnel fait de beurre et de sucre. Peu m’importe de tomber dans le cliché, peu m’importe le bikini body, je suis heureuse, je respire, je sens la brise marine insuffler dans mes poumons ce vent de liberté que je chéris. Chateaubriand, si tu m’entends, l’éternité doit être bien paisible, ici… Avant de partir, je m’achemine sur les remparts de cette cité fortifiée, observant ces piliers de bois qui, magistralement, héroïquement, cassent le roulement des vagues et projettent au loin leur écume.

Tombe de Chateaubriand, vue des remparts

De la Bretagne, je ne connaissais que son drapeau, son beurre salé et ses galettes de sarrasin avalées au pas de course dans une crêperie à la décoration kitch, près de la gare Montparnasse. Ces trois petits jours ont suffit à me faire tomber sous le charme de cette région, rustique et poétique, qui m’a offert un peu de crachin, et beaucoup de beaux souvenirs.

3 commentaires sur « Un week-end en Bretagne, entre Saint-Malo et Cancale »

Répondre à Ludivine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :