Coup de coeur pour la marque Make My Lemonade

Vendredi 27 avril, je me réveille avec une soudaine envie… de friperies. Il est 7h55, le soleil frappe à ma fenêtre sans rideau, réchauffant la pièce aux premières lueurs matinales, le ciel bleu donne une tonalité enjouée à ma journée, et je saute littéralement du lit pour me préparer un café à l’italienne, qui embaume instantanément l’atmosphère. Un jean, une veste légère, lunettes sur le nez, je déambule dans les rues de Paris à la recherche d’une boutique vintage qui ravira mon porte monnaie autant que ma penderie. En chemin, je tombe sur une boutique de vêtements dont j’avais déjà entendu parler pour la fabrication éthique de ses collections, mais aussi pour sa philosophie axée autour du « body positive » et de l’estime de soi.

Love at first sight

Et franchement, je n’ai pas été déçue. Tout est conçu pour que la boutique soit accueillante et que la cliente se sente bien. L’accueil est très chaleureux, les couleurs sont vives, un espace de « création » est mis à disposition pour les couturiers et couturières en herbe ou expérimentées, les vendeuses sont très souriantes, en un mot: on est les bienvenues. J’ai adoré la collection, mais ça, c’est une affaire de goût, et je ne peux en parler qu’avec subjectivité. Les tenues sont très colorées, souvent monochromes, les matières sont agréables et confortables, les formes sont variées et imaginées pour aller à toutes les morphologies. On peut aussi y trouver de jolies carnets, des mugs, des broches aux messages inspirants.

Vous voyez la robe à rayure à droite? Oui, j’ai craqué…

Je choisis d’essayer une robe, deux jupes et un tee-shirt. En sortant de la cabine – très agréable d’ailleurs – la vendeuse me demande si elle peut venir me conseiller et me rejoint devant un grand miroir extérieur. Elle me dit que la taille est un peu trop grande pour moi et je glisse, presque en rougissant un bref « Oui mais c’est moi, je suis un mini-pouce » , mes 1m56 limitant régulièrement mes choix stylistiques. En guise de réponse, on me répond que « je ne suis pas mini-pouce, je suis parfaite » avec une telle bienveillance qu’elle me donne envie de faire un salto arrière. Et cette phrase est, je trouve, très en cohérente avec la marque qui met en avant des mannequins de toutes tailles, avec des corps différents, fidèles à ceux rencontrés dans la réalité, la vraie vie, qui sont beaux dans leur diversité.

Un argument marketing?

Certains diront qu’être sympa fait vendre. Qu’aller à contre-courant d’une mode aux standards uniformisés est un procédé de communication qui a le vent en poupe.

Alors, oui, clairement, je préfère être une cliente respectée plutôt qu’on me jette des cintres à la figure lorsque j’entre dans une boutique. Mais ici, il ne s’agit pas seulement d’une technique commerciale. On a la réelle sensation que cette petite marque a un côté militant et qu’elle a à cœur de nous aider à nous aimer telles qu’on est, de nous mettre en valeur par les vêtements, avec un regard bienveillant et sans une once de jugement. Et franchement c’est plutôt rare. Je me rappelle quand j’étais adolescente – et même encore parfois aujourd’hui – je détestais quand les cabines n’avaient pas de miroir, parce que cela m’obligeait à sortir et m’exposer aux regards que j’imaginais critiques ou désapprobateurs. Je me trouvais ridicule avec ses pantalons qui nécessitaient 20 bons centimètres d’ourlet, ses robes qui me compressaient la poitrine, ces jupes qui engonçaient mes cuisses mais qui baillaient à la taille. Parfait pour te faire comprendre que tu n’es pas « normale », non? Chez Make My Limonade, tu n’as pas peur de passer le rideau.

Cette philosophie de l’acceptation fleurit sur instagram, certaines grandes enseignes prêtent – un peu, mais vraiment trop peu – attention à diversifier leur image, et on pourrait se demander si la marque a initié un mouvement ou l’a suivi en constatant que la société était en train d’évoluer. Vous aurez compris, je trancherai, avec une quasi certitude, en faveur de la sincérité de Make My Lemonade et de l’authenticité de sa démarche. Et puis au final… On s’en fiche un peu, non? L’important reste que l’industrie de la mode et du textile entende que nous en avons assez de ces diktats de minceur, de grandeur, de ces injonctions à une prétendue perfection que personne n’atteindra jamais ou qui, si on y accorde trop d’importance, nous rendent malheureuses, complexées, et nous font passer à côté de l’essentiel.

Et niveau prix, ça donne quoi?

Les prix eux, sont très raisonnables pour des conditions de fabrication respectueuse des droits humains et de l’environnement. Et, croyez-moi, après avoir visionner le documentaire The true cost sur Netflix, je me suis renseignée! En bref, cette boutique, qui a aussi un e-shop, je l’adore et j’y reviendrai, en ligne ou en boutique!

Plus d’infos: au moment où j’y suis allée, les robes les moins chères coûtaient 65 euros, pareil pour les jupes, et une trentaine d’euros le tee-shirt. Le compte instagram du même nom met en scène les nouvelles collections et vous pouvez commander sur le site http://www.makemylemonade.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :